5.00/5
34

Sergio Delfino, Mastoplastica additiva en Italien

Mastoplastica additiva

 

On parle beaucoup de l'insertion d'implants dans le sein. Cependant, certains aspects de cette chirurgie sont souvent traités de manière incomplète, laissant place aux doutes et aux incertitudes.

1.     La prothèse doit-elle être placée devant ou derrière le muscle ? Les implants prothétiques peuvent être placés devant ou derrière le muscle, ce dernier étant préféré lorsque le sein n'est pas en mesure d'offrir une couverture suffisante à la prothèse. Les deux positions présentent des avantages et des inconvénients. L'augmentation mammaire rétroglandulaire (devant le muscle grand pectoral) respecte l'anatomie, est très facile à réaliser et ne présente aucun risque d'endommager des structures importantes. D'autre part, il est plus facile de "sentir" les prothèses sous la peau, puisque leur couverture n'est confiée qu'à la peau elle-même et à la glande déjà présente. Le placement rétromusculaire (entre le muscle grand pectoral et le muscle petit pectoral) est moins naturel et rend la procédure plus longue et plus complexe mais, d'autre part, 2/3 de la prothèse sont couverts non seulement par la peau et la glande mais, partiellement, aussi par le muscle grand pectoral, ce qui diminue la possibilité de "sentir" la prothèse toucher le sein. Les deux méthodes sont donc très valables, la préférence pour l'une ou l'autre étant liée à une indication différente, elles présentent des risques minimes et garantissent d'excellents résultats en termes d'esthétique et de physiologie.

2.     Les implants mammaires sont froids. Les prothèses sont faites de gel de silicone, un matériau froid, mais lorsqu'elles sont insérées à l'intérieur de la cavité mammaire, qui est amplement irriguée par le sang et chauffée par celui-ci, elles acquièrent de la chaleur à partir de l'environnement dans lequel elles se trouvent. Par conséquent, les seins avec prothèses à l'intérieur sont toujours chauds au toucher et impossibles à distinguer de ceux qui n'ont pas de prothèses.

3.     Les implants peuvent se briser dans des environnements particuliers, comme à l'intérieur d'un avion. Les prothèses sont constituées d'une enveloppe en silicone remplie de gel de silicone, elles ne contiennent pas d'air et ne peuvent donc pas être affectées par les variations de pression. De plus, elles se trouvent à l'intérieur de la cavité mammaire et ne peuvent donc se rompre qu'en cas de dommage accidentel lors d'une opération ou à la suite d'une perforation du thorax.

4.     Les implants doivent être remplacés après un certain nombre d'années. Ce n'est pas du tout vrai ; il ne faut les retirer et les remplacer que s'ils présentent des problèmes, une éventualité plutôt lointaine. Pour le démontrer, il suffit de savoir que les 2 fabricants américains de prothèses, Allergan (McGhan) et Mentor, certifiés par la Food and Drug Administration (FDA), garantissent la même chose en ce qui concerne les défauts ou imperfections structurelles du produit par le remplacement gratuit de celui-ci à tout moment de la vie du patient.

La qualité d'une procédure d'augmentation mammaire, même dans sa simplicité, dépend également de la conscience et de la tranquillité avec lesquelles les patientes arrivent à la procédure. Une information adéquate peut éviter les malentendus entre le patient et le chirurgien qui sont la source de conséquences désagréables lors de l'intervention postopératoire.          .

 

Visiter le site : https://ilchirurgoestetico.com/chirurgia-del-seno/mastoplastica-additiva-roma/


Dernière mise à jour :

Coordonnées : Via Tuscolana, 739, 00178, Rome
TEL : +39 328 667 6364