36

Rhône dental Clinic, dentiste sur Genève

Dentiste Genève

La Rhône Dental Clinic propose une expertise qui a fait ses preuves dans les soins dentaires. Disponible en plein centre ville de Genève n'hésitez pas à prendre contact pour planifier une première consultation dentaire pour vous ou pour vos enfants !

Une des spécialités de la Rhône Dental Clinic

L'implantologie dentaire est une technique largement utilisée qui permet de remplacer les dents manquantes grâce à des implants fabriqués sur mesure pour le patient. L'implant dentaire doit s'intégrer parfaitement à l'os maxillaire ou mandibulaire et, pour cette raison, il doit être fabriqué en matériaux biocompatibles.

Si vous voulez comprendre comment cela fonctionne et quels sont les principaux risques de l'implantologie dentaire, continuez à lire notre article ! Qu'est-ce qu'un implant dentaire ?

Un implant dentaire consiste en une vis en titane, conçue pour remplacer la racine d'une dent naturelle qui, pour diverses raisons, n'est plus présente dans la bouche du patient. La vis est placée à l'intérieur de l'os et permet de remplacer les dents naturelles en toute sécurité. Nous pouvons le considérer comme une racine artificielle qui constitue la base sur laquelle est installée la capsule en céramique ou autre matériau résineux, la partie visible de l'implant qui remplace la dent d'un point de vue esthétique et fonctionnel.

Les implants se composent de trois éléments

  1. le dentier : la capsule en matériau céramique ou en résine, destinée à remplacer la dent manquante ;
  2. le pilier : le raccord qui permet de fixer la prothèse sur la vis ;
  3. la vis endo-osseuse : la racine artificielle en titane qui constitue la base de l'implant.

Quels sont les principaux risques ?

Presque tous les patients peuvent subir cette intervention, mais il est toujours nécessaire d'évaluer leur état de santé général pour détecter d'éventuelles pathologies susceptibles de compromettre le succès du traitement, et d'utiliser l'analyse instrumentale (CT CONE BEAM) pour évaluer la présence d'os. Cette analyse nous permet également de prévenir les risques d'un implant posé chez un patient qui ne remplit pas les conditions de santé nécessaires.

Par exemple, il est important de disposer d'un os mandibulaire ou maxillaire suffisant pour pouvoir insérer la racine artificielle sur laquelle sera ensuite installée la capsule en céramique. Il existe une solution à cette limitation, grâce à la régénération osseuse, mais il faut la connaître avant de procéder à l'implantologie.

Les principaux risques concernent toutes les situations communément associées à toute opération réalisée sous anesthésie locale et sont liés au site d'insertion de l'implant. En particulier, nous trouvons :

  • saignement postopératoire
  • un gonflement localisé

Ces risques sont courants et disparaissent généralement en peu de temps.

Techniques d'implantologie dentaire

Les étapes de l'implantologie sont différentes, tout comme les techniques de pose d'implants dentaires : chirurgie, implantologie transmuqueuse et implantologie post-extractionnelle immédiate. En fait, la méthode la plus courante est la méthode chirurgicale, utilisée lorsque la dent est absente depuis un certain temps et qu'il faut inciser la gencive pour insérer la racine en titane. Il y a ensuite deux séances : lors de la première, le lambeau de gencive est ouvert et l'implant inséré, lors de la seconde, 4 à 5 mois plus tard, la gencive est rouverte pour insérer la prothèse.

Dans le cas de l'implantologie transmuqueuse, également appelée flapless, il n'est pas nécessaire d'inciser la gencive pour insérer la dent et, pour cette raison, elle est considérée comme la moins invasive. La racine est insérée en perçant un trou circulaire dans la gencive et, au cours de la même séance, l'implant est également inséré.

Quelle que soit la technique utilisée, il est toujours préférable d'attendre 3 à 6 mois avant de placer la dent sur l'implant (prothèse). Pendant cette période, l'implant se soude à l'os et apporte au patient stabilité et sécurité.

Enfin, on parle d'implants post-extractifs lorsqu'ils sont réalisés immédiatement après l'extraction d'une dent.

Ces dernières années, de nouvelles techniques, de nouvelles méthodologies et de nouveaux matériaux nous ont permis d'améliorer l'expérience du patient. Il suffit de penser aux implants dentaires chez les patients sans os qui, grâce à la régénération et à l'augmentation du volume de l'os lui-même, permettent de poser avec succès un implant même chez ceux qui présentent un déficit osseux, que ce soit au niveau de l'arcade dentaire supérieure ou inférieure.

L'implantologie dentaire s'avère très souvent être la seule solution pour retrouver la fonctionnalité de la bouche et avoir un beau sourire naturel.

Les avantages

Les avantages du recours à cette thérapie sont nombreux. Tout d'abord, ces implants nous permettent de remplacer une ou plusieurs dents, voire des arcades entières, rétablissant ainsi la fonctionnalité tant sur le plan esthétique que fonctionnel. Ces implants permettent de restaurer toutes les caractéristiques des dents naturelles avec un taux de réussite de 99,9 %.

En plus de leur stabilité, ces implants s'insèrent facilement dans la bouche sans affecter le bien-être des autres dents.

Histoire des soins dentaires

Bien que l'histoire d'une discipline scientifique soit quelque chose de toujours fascinant à bien des égards, nous sommes conscients qu'un départ aussi précipité peut aussi être fatigant, et pourrait vous conduire à abandonner d'avance certaines parties saillantes, même s'il s'agit de l'histoire de l'art dentaire.

C'est précisément la raison pour laquelle nous allons commencer par un petit tour d'horizon des anecdotes et des curiosités liées à l'histoire des découvertes dentaires et au-delà. Par exemple, saviez-vous que la plus ancienne dent réparée avec un composé à base de bitume, le premier plombage, datant d'au moins 13 000 ans, a été découverte près de Lucques ! Ou que les premières preuves de la carie dentaire (grâce à l'étude des squelettes et des crânes) remontent à 25 000 ans ! Et que la première trace écrite de la carie dentaire se trouve dans un texte sumérien datant de 5 000 ans avant Jésus-Christ !

Il est étonnant de constater à quel point nous remontons loin dans le temps, à une époque que nous considérons généralement comme barbare, et pas assez avancée pour même concevoir de telles études. Histoire de la dentisterie

Mais la chose la plus curieuse concerne peut-être la perche du barbier, symbole emblématique des coiffeurs du monde entier. Eh bien, au Moyen Âge, c'était le symbole des barbiers-chirurgiens, c'est-à-dire des personnes qui, en plus de se raser et de se coiffer, s'occupaient également de pratiques médicales, comme l'extraction de dents pourries ou cariées, les plombages, mais aussi, et peut-être surtout, les saignées.

En effet, entre 1123, année du premier concile du Latran, et 1215, année du quatrième concile du Latran, il était interdit aux religieux de pratiquer la médecine au détriment de leur fonction ecclésiastique, et la tâche passait donc aux chirurgiens et aux barbiers pour les pratiques mineures, dont le soin des dents était la principale.

Le poteau rouge et blanc typique a été introduit parce qu'au début, ces barbiers affichaient des tasses remplies de sang à l'extérieur de leur boutique pour faire la publicité de leur pratique médicale. Mais comme cela était plutôt sanglant, la guilde des barbiers a décidé d'adopter cette perche.

En restant dans l'Antiquité, croiriez-vous que les pauvres avaient des dents moins cariées que les nobles et les puissants ? En effet, le régime alimentaire des paysans était plus pauvre et, hormis les fruits, ne comprenait pas de sucre et de glucose, principaux responsables de la formation des caries.

Enfin, laissez-nous vous dire que dans les États-Unis d'avant la Seconde Guerre mondiale, l'habitude de se brosser les dents tous les jours n'existait pas. Cette pratique a vu le jour pendant la guerre, lorsque l'on disait aux soldats dans les tranchées de se brosser les dents deux fois par jour pour éviter les problèmes et les infections. Ceux qui sont revenus du front ont introduit cette habitude dans leurs familles. La dentisterie n'est pas une science moderne, son histoire commence à la préhistoire.

Pour trouver des traces des premières pratiques dentaires, il faut remonter à de très nombreux millénaires, à l'aube de la civilisation humaine. Les études archéologiques remontent à au moins 25 000 ans, les premiers textes écrits à environ 5 000 ans.

Pendant la majeure partie des siècles, cependant, la dentisterie (ainsi que la chirurgie) a été une pratique brutale et féroce, également souvent fondée sur de faux préjugés magiques ou religieux, qui a causé beaucoup de souffrances à des millions de personnes. Caries dentaires précoces

Certes, l'évolution de la technologie et des connaissances a fait des progrès rapides au cours des 250 dernières années, mais aujourd'hui encore, aller chez le dentiste reste effrayant, surtout à la perspective de la douleur. Nous espérons qu'après cet article, et donc après avoir un peu compris combien d'améliorations ont été apportées dans ce domaine au fil du temps, vous n'aurez plus aussi peur d'une simple visite dans un cabinet propre et hygiénique avec une anesthésie à portée de main.

 

Visiter le site : https://rhone-dental-clinic.ch/


Dernière mise à jour :

Coordonnées : Rue du Rhône 29, 1204, Genève
TEL : 022 310 50 77