5.00/5
60

Docteur Marsili, augmentation mammaire Paris

augmentation-mammaire-Paris-France

Il s'agit d'une opération de plus en plus demandée entre 20 et 40 ans, bien qu'il y ait des cas de très jeunes filles qui utilisent un scalpel pour avoir le sein de la taille souhaitée. Qu'il suffise de dire, en fait, que dans le monde il y a 17 millions de femmes qui ont subi des procédures en médecine et chirurgie esthétique en 2022, avec une nette majorité d'opérations d'augmentation mammaire.

Vous devez respecter l'harmonie de votre corps

L'augmentation mammaire est un désir commun de nombreuses filles et la mastoplastie additive, sous ses différentes formes peut être une solution aux seins plats ou peu prospères. Pour que ce désir de se réaliser sans surprise, il est bon d'avoir à l'esprit ce qui va à l'encontre. Tout d'abord, il est bon de savoir que vouloir ressembler à tout prix à votre VIP préféré n'est pas la bonne approche. Il faut toujours respecter l'harmonie et la proportion du corps ou du visage, sans en faire trop. Il est juste de respecter le caractère unique de chacun et de s'adonner aux caractéristiques physiques du patient, de ne pas essayer de reproduire celles de quelqu'un d'autre ou les besoins de la mode dans le monde.

Le deuxième point à garder à l'esprit est la taille de la prothèse. Si, en effet, le chirurgien doit répondre autant que possible aux souhaits du patient, tout en évitant les effets non naturels, il est bon de prendre en compte ses mesures corporelles. A cet égard, les spécialistes ajoutent qu'un corps très mince avec une poitrine très éclatante n'est guère un cadeau de mère nature et est presque certainement un "faux". Entre autres choses, il faut tenir compte du fait qu'à long terme, un poids excessif pourrait causer des problèmes à la colonne vertébrale. C'est précisément pour cette raison qu'un bon chirurgien, avant d'agir sur le corps, simule une sorte de "preview" sur les patientes, en leur faisant porter des bonnets de sein, sous le soutien-gorge, pour simuler l'effet après la chirurgie.

Troisième point : Vous n'aurez pas vingt ans pour toujours. Les bons médecins doivent expliquer que dans 40 ans leur corps pourra changer et qu'aujourd'hui le sein d'une certaine taille peut être sexy aujourd'hui mais demain il pourrait aussi avoir un effet contraire. C'est particulièrement vrai pour les femmes qui ont recours à la mastoplastie additive après la grossesse. Pour eux, il est essentiel d'éviter les prothèses qui sont trop grandes et qui pourraient causer des problèmes à long terme.

L'importance d'une prothèse adaptée

Le choix de la prothèse est déterminant.  Il existe différentes marques de prothèses sur le marché à des prix qui peuvent varier considérablement. A cet égard, le patient doit toujours se demander si la marque de la prothèse proposée par le chirurgien est garantie à vie, et ce qui se passe en cas de contracture capsulaire, un des inconvénients les plus fréquents.

Le cinquième et dernier point concerne les précautions jugées nécessaires pour minimiser les risques après la chirurgie. Il existe un certain nombre d'interventions qui vous permettent d'optimiser le temps de la chirurgie et de la récupération, réduisant ainsi l'œdème et l'enflure. Il existe des techniques qui garantissent une durée minimale de l'intervention et par conséquent une postopératoire non invalidante. 

Peut-être que si vous lisez cet article, c'est parce qu'à un moment donné de votre vie ou tout à l'heure il vous est venu à l'esprit de subir une opération d'augmentation mammaire. C'est une pensée répandue (qui n'est pas toujours confessée) et qui se produit souvent chez les très jeunes femmes. En fait, les données confirment qu'il y a beaucoup de femmes qui passent du fantasme sur cette idée à sa mise en pratique. Les dernières données de l'étude sociale  réalisée par Allergan, et dont deux conclusions importantes sont tirées en ce sens :

  • Une femme sur trois reconnaît ne pas se sentir à l'aise avec son sein (la raison principale est généralement d'avoir peu
  • Une femme sur dix envisage de subir une chirurgie mammaire à l'avenir.

Et le fait est que la chirurgie d'augmentation mammaire est la plus demandée et la plus pratiquée en Espagne dans le domaine de la chirurgie esthétique, en particulier chez les femmes de moins de 35 ans. Oui, comme vous le lisez. Bien que l'obsession actuelle de vivre avec de gros culs voluptueux soit réelle et ait conduit à une augmentation considérable des chirurgies d'augmentation, d'élévation et de reconstruction ils l'appellent l'effet Kim Kardashian et même Vogue America a déclaré que " nous entrons officiellement dans l'ère des gros culs - la réalité est que, au moins pour le moment, les techniques d'augmentation mammaire gagnent le match.

Comme il s'agit d'une chirurgie qui soulève de nombreux doutes qui doivent être résolus avant de passer par la chirurgie, nous avons parlé avec le Docteur Riccardo Marsili de Paris, spécialiste en chirurgie plastique, esthétique et reconstructive.

A partir de quel âge cette opération peut-elle être réalisée ? Bien qu'il s'agisse d'une question controversée et qu'il soit difficile d'y répondre catégoriquement, il est juste et nécessaire de la poser. Selon l'expert, deux conditions doivent être remplies. La première répond à une question physique et est directement liée à l'âge. Le développement physique doit être achevé. "En général, le développement peut être considéré comme terminé lorsque ni la taille ni le nombre de pieds n'ont changé en deux ans ", explique le Dr  Riccardo Marsili. La deuxième exigence concerne la gestion psychologique. Et c'est que, quel que soit son âge, le patient doit comprendre que la chirurgie thoracique " va acquérir une responsabilité à long terme, qu'il va subir une intervention et qu'il va y avoir un post-opératoire ", explique le médecin, qui insiste sur l'importance de la " maturité psychologique " pour subir cette intervention.

Chirurgie d'augmentation mammaire : évolution postopératoire

L'opération d'augmentation mammaire dure en moyenne de 1 à 3 heures, selon le type de pose d'implant effectué.

Des drains peuvent être placés, généralement sur le côté de la cicatrice, qui doivent ensuite être retirés dans les 24-48 heures.

Dans les jours qui suivent, il est conseillé de porter un soutien-gorge spécial de soutien pour maintenir la compression sur les seins et favoriser la cicatrisation, réduire la douleur et éviter la formation d'hématomes ou de séromes, et réduire les saignements dans les premières heures.

Pendant environ 1 mois, il est important de rester au repos, d'éviter les efforts et les mouvements incohérents, et l'activité physique est interdite.

Après environ 15 jours, il est possible de reprendre des activités physiques telles que le vélo et la marche, l'important étant de ne pas faire trop de mouvements et d'efforts avec les bras pour éviter la dislocation des implants.

Augmentation mammaire : complications possibles

Comme toute intervention chirurgicale, l'augmentation mammaire peut également générer des complications possibles.

Voyons ensemble les principales complications possibles après une opération d'augmentation mammaire, bien qu'elles soient très rares :

    Des saignements ;     Hémorragie ;     Sérome ;     Infections ;     Nécrose de la peau ;     Réouverture de la plaie ;     Asymétries.     Déplacement des prothèses ;     Double Bubble ;     "Palpabilité" des prothèses ;     Rotation de l'implant (uniquement pour les implants anatomiques).

Le risque de rupture des implants mammaires est très rare, mais peut survenir à la suite d'un traumatisme local, d'un accident, ainsi que de leur dislocation, rotation et inversion.

En cas de rupture spontanée des implants, ceux-ci sont généralement couverts pendant au moins 10 ans par la garantie de la société mère qui les a fabriqués.

Augmentation mammaire : cicatrices

L'une des préoccupations les plus courantes des femmes qui subissent une opération d'augmentation mammaire est la nature et la taille des cicatrices.

N'oubliez pas que, pour insérer l'implant mammaire, une incision doit être pratiquée sous le sein, sous l'aréole du mamelon ou sous le sillon axillaire.

Inévitablement, une coupure produit une cicatrice, mais nous pouvons rassurer nos lecteurs en soulignant que la position où l'incision est faite et la taille de la coupure sont faites de manière à essayer de rendre la cicatrice presque invisible.

La nature de la cicatrice varie en fonction de plusieurs paramètres, de l'emplacement exact de l'incision à la pigmentation de la peau du patient en passant par la variabilité individuelle.

En tout état de cause, dans le cas rare d'une cicatrice inesthétique, il est possible d'intervenir par un traitement ou une intervention chirurgicale après un délai raisonnable, de 6 à 12 mois.

Conclusions

Une femme qui décide de se faire refaire les seins, pour des raisons esthétiques ou non, doit s'en remettre à un chirurgien expérimenté et consciencieux, capable de lui donner une idée claire de ce qui peut et ne peut pas être fait, afin qu'elle ne soit pas déçue, comme nous l'avons déjà vu à propos de la rhinoplastie.

Nous tenons, une fois de plus, à souligner l'importance de trouver une solution adaptée à son propre physique, car un sein trop volumineux sur la poitrine d'une femme maigre peut paraître très peu naturel.

L'objectif d'une mammoplastie d'augmentation, en revanche, est d'essayer d'obtenir un résultat aussi naturel que possible, tant d'un point de vue esthétique que du point de vue du toucher.

 

 

Visiter le site : https://www.riccardomarsili.fr/chirurgie-esthetique/chirurgie-mammaire/augmentation-mammaire-paris


Dernière mise à jour :

Coordonnées : 225 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008, Paris
TEL : +33 6 69 31 76 70